LGV-PACA : le temps des CHOIX

Publié le par GT/APAC

LGV- Des tracés en pointillés…  Le temps des CHOIX

 

L’exercice de la citoyenneté ? Un art difficile…

 

 M. Boulan, maire de Chateauneuf-le-Rouge, se félicite sur le site de sa commune : « que la LGV ne passera pas par sa commune ». Il s’estime « récompensé  par tout le travail et des efforts déployés pour faire valoir notre opposition au tracé de la LGV par la Haute vallée de l’Arc ». Et de conclure : « le tracé de la LGV participant à la constitution de l’axe méditerranéen Barcelone- Marseille- Gènes, passe par les métropoles… ».

Vous apprécierez le sentiment de solidarité exprimé dans ces lignes. M. Boulan parlera sans doute et sans hésitation du devoir de citoyenneté que l’élu doit à ses électeurs concitoyens…

 

Le faux suspense continue.

 

Cette déclaration « solidaire » tient aux « nuances » exprimées par MM Estrosi et Falco sur les tracés pour lesquels ils seraient favorables :

 

- Le « tracé Nord » (Centre Var) partirait de Aix- Nord et Sud-, vers Brignoles, Le Luc, le Muy.

- Le « tracé Métropoles » est remis à l’ordre du jour. Aix, Marseille, Aubagne, Toulon, La Garde, Cuers, Le Muy/Les Arcs. (Les trois derniers seraient les gares souhaitées).Il a la préférence de H. Falco.

- M. Estrosi  préfère le tracé « Métropoles (dit)  alternatif », sans Toulon, qui passe par Marseille, Signes, La Roquebrussanne, Brignoles.

- Quant aux responsables de la Région (MM Vauzelle/Coppola-PS/PC), ils sont pour que ça passe ou que²ça casse. Au nom d’une sempiternelle rentabilité  escomptée, quel qu’en soit le coût…

 

Comme pas hasard, les partisans de la LGV-PACA, toutes tendances confondues,  se retrouvent également dans le camp des nucléocrates…Des gens qui sont favorables au « développement durable »…

 

« Diviser pour régner », les petites manœuvres de la classe politique.

 

M.Cousquer, le « Médiateur » auprès de la LGV-PACA, peut se féliciter de son travail de division des élus provençaux. En recevant séparément les maires des communes limitrophes des deux tracés « supposés », il confirme que l’Etat n’a jamais renoncé à passer en force. En refusant de mettre en place les conditions d’une véritable démocratie de proximité (référendum d’initiative populaire qu’il pourrait aussi initier), il a choisi le traditionnel « diviser pour régner » et l’ère du soupçon. Il a choisi de tenir compte des « souhaits » pressants des élus des grandes villes. Il a choisi en dernier ressort… que la décision finale soit prise par N.Sarkosi.

 

« Un TER à grande vitesse »

 

La candidate tête de liste du Sud-Est d’ Europe Ecologie, Michèle Rivasi, vient de se déclarer (La Provence, 2/6/2009) « favorable à un TER grande vitesse entre Marseille, Toulon et Nice – et pas à la LGV telle qu’elle est proposée- pour favoriser les déplacements de ce bassin de vie ». Elle précise qu’elle est « favorable à la bonne vitesse pour développer le déplacement d’un plus grand nombre d’usagers plutôt que de favoriser un petit nombre d’habitants pour se rendre plus rapidement à Paris ».

 

Les enjeux de cette LGV-PACA sont de plus en plus visibles : pseudo rentabilité de la SNCF, technologies choisies en refusant toute autre réalisation expérimentée,  renforcement de l’axe Paris-Nice plutôt qu’un véritable axe Sud/Sud, refus d'améliorer une  politique des transports de proximité.

 

Les Provençaux apprécieront.

 

Ils peuvent surtout émettre leur point de vue en allant voter pour les listes qui se prononcent contre la LGV-PACA. Mais il y en a peu. Qu’ils fassent le bon choix !

Publié dans Citoyenneté-Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kirikou 05/06/2009 15:00

C'était une simple réaction à votre post...fouilli et précisément sans aurgument, aucune solution / proposition

Afin de vous être agréable, une ou 2 précisions :
- le tracé via les métropoles de PACA, Nice, Toulon, Marseille puis donc Avignon, mete donc réseau ces villes avec d'un côté Vintimille-Gênes, de l'autre Barcelone (où les gares TGV sont en centre-ville),
- et donc s'inscrit contrairement au tracé Nord dans un logique Arc méditerranée, Su-Sud si vous préférez
- les transports de proximité ? à l'Ouest de PACA, le tracé des métropoles permet justement de libérer des sillons pour le développement sensible des TER... encombré sinon par des TGV qui auraient continuer à aller jusqu'à Marseille, Toulon et donc Nice pour faire le plein...

Bonne continuation

GT/APAC 05/06/2009 00:38

Votre commentaire argumenté et non anonyme serait bien venu...

kirikou 04/06/2009 16:34

Fichtre ! Quelle belle envolée, sous fond de méconnaissance quasi totale du dossier relatif à ce projet LGV ...

Félicitations, et bon vent