Place jean Jaurès, samedi 29 mars, Ollioules, soutien au mouvement des postiers

Publié le par GT/APAC

La pétition continue pour obtenir un troisième guichet à la Poste d'Ollioules

L'APAc a été à la rencontre de la population de notre commune. près de 200 signatures en 1,30h ont été obtenues auprès des usagers de la poste, lors du marché du samedi.

   
Cette rencontre s'est faite parallèlement et en soutien au mouvements des employés PTT qui faisaient une diffusion de tracts expliquant le sens de leur grève de la veille. Délocalisés au nouveau tri de La Seyne-sur-Mer, les facteurs sont tenus d'aller chercher le courrier en scooter à 4 km de leur poste, avec les risques de trajet qu'implique le trafic aux heures de pointe.

      L'intervention conjointe fut très bien accueillie par la population qui comprend la mise en question du service public et les difficultés des deux guichets saturés, confrontés à des queues ininterrompues de 20 personnes. Notre revendication d'un 3eme guichet devrait être celle d'un 4eme, tant les attentes deviennent pénibles pour employés et usagés. Le sabordage du service public permet une montée en puissance  de l'appel aux sociétés privées : effets pervers garantis. C'est ce que dénonce une conseillère municipale (PS) nouvellement élue au moment de signer la pétition. Des dizaines de ménagères (et de ménagers!) viennent nous dire :

- " La poste, il y a quarante ans, avait déjà deux guichets pour 3000 habitants".
- " Je signe des deux mains, il faut que cela change".
- "La mauvaise humeur des usagers et parfois celle de certains employés surmenés est compréhensible : on ne doit pas se tromper de cible, le sous-emploi doit être dénoncé".
- " La pression accumulée à la Poste est à l'image de ce qui se passe partout : dans les écoles, collèges, lycées, dans les hopitaux et tous les services publics".
- "La cocotte minute est sur le point d'exploser, ça ne va pas durer longtemps".

    Les élections sont terminées. La réalité sociale se dégrade. Les partis politiques doivent passer aux actes. On aurait aimé les voir présents, hier, sur le marché d'Ollioules. A part quelques rares membres de PS et du PC venus discuter avec nous, les partis de gauche en tant que tels étaient absents. Pourtant, le mouvement social des postiers les interpellait.

    A Ollioules, l'idée d'un front uni de progrès reste toujours à l'ordre du jour.
Il ne pourra se faire qu'avec les femmes et les hommes de bonne volonté, avec ou sans les partis.
   La lutte pour le pouvoir n'a de sens que s'il permet de changer la réalité. L'analyse des élections locales en est l'éclatante démonstration.

Faites signer la pétition.
Reprenez-la sur notre blog/site ou demandez des exempalires à notre siège social
Prenez contact avec nous.

Publié dans social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article